Le mag éco

Projet Estuaire : ce nom de code révèle le nouveau procédé mis en place par Eramet Sandouville pour la production de nickel, avec à la clef un investissement industriel de 34,5 millions € et de 4,5 millions € en R&D. Soit l’investissement le plus élevé depuis la création du site en 1978.

 

Pour faire face à la volatilité des cours du nickel et améliorer la compétitivité du site, l’entreprise décide en 2015 de modifier son approvisionnement de mattes, soit le minerai brut dont elle extrait le nickel. Provenant au préalable de Nouvelle Calédonie, Eramet se fournit désormais en Finlande. Conclu pour 10 ans, ce partenariat européen permet de réduire les coûts et temps de transport.

 

Ce changement de matière 1ère,  d’une composition différente, a nécessité d’adapter la chaîne de production de l’usine et la mise au point d’un nouveau procédé de production par les équipes R&D du groupe ERAMET. Les schémas logistiques ont été reconfigurés, le traitement des co-produits a été organisé. Ces transformations se sont accompagnées de la filialisation du site de production. Le chantier a commencé en juillet 2016 pour une mise en opération en juin dernier, avec une montée à pleine puissance prévue pour décembre.

L’objectif est d’atteindre 30 000 tonnes de produits traités, pour produire 16 000 tonnes de nickel par an.

 

 

Visuel : schéma du nouveau procédé d'Eramet pour traiter le matte de nickel finlandais