Le mag éco

Une démarche concertée entre les deux grands ports maritimes majeurs français pour développer le fret ferroviaire vers l’Est : les ports du Havre et de Marseille Fos lancent à la mi-mars une navette ferroviaire vers la Suisse, en association avec l’opérateur Naviland Cargo.

 

Ce projet, particulièrement attendu par les professionnels de la logistique et du transport, reliera 3 fois par semaine les ports français au terminal de Chavornay, près de Lausanne (Suisse romande), via le terminal de Dijon-Gevrey en Bourgogne.

 

C’est ainsi la volonté de développement à l’international des deux places fortes du monde maritime français qui s’exprime concrètement dans une desserte innovante, permettant aux hinterlands des deux ports de poursuivre leur progression, au-delà du marché hexagonal.

 

L’équivalent de 12 000 camions par an

Le potentiel du marché suisse en conteneurs est estimé à 350 000 à 400 000 EVP par an. Aujourd’hui, seulement une partie marginale de ce trafic transite par les ports français. La mise en service de cette navette doit permettre de capter une part significative de ces volumes.

 

Pour HAROPA, GIE regroupant les ports du Havre, de Rouen et de Paris, cette première liaison régulière vers la Suisse répond à l’objectif stratégique d’extension de l’hinterland vers l’Est. Après le lancement en 2016 d’une ligne vers Ludwigshafen, HAROPA confirme par ce nouveau service son ambition de renforcement de la desserte massifiée et de conquête de nouveaux marchés). Grâce à la connexion ferroviaire avec Le Havre, les marchandises de et vers la Suisse trouveront une opportunité de réduire les transit times vers les Amériques notamment.

 

Le recours au mode ferroviaire pour les transports de conteneurs va permettre de désengorger les axes routiers vers la Suisse, en proposant l’équivalent de substitution de capacité de 12 000 camions par an.

 

 

Photo : Terminal multimodal du Havre © Vincent Rustuel